Pan est un Dieu de la mytologie grec et un jour il eut un amour déçu..Au pied des montagnes froides d’Arcadie, parmi les nymphes des forêts, la plus célèbre s’appelait Syrinx. Satyres et Dieux qui hantaient les bois sombres la pourchassaient, la fatiguaient de leurs assiduités. Mais elle leur échappait toujours, car elle s’était consacrée à Diane, la déesse vierge, qu’elle imitait dans sa tenue, dans son port, dans ses allures, au point que l’on aurait pu les confondre, si l’arc de corne de Syrinx avait été fait d’or comme celui de Diane. Elle leur échappait toujours, elle courait plus vite qu’eux. Un jour qu’elle revint du mont Lycée, le Dieu Pan l’aperçoit et entreprend, lui aussi, de la séduire. Elle, cependant, dédaigna ses avances et prit la fuite à travers champs. Poursuivie par le dieu, elle courut ainsi à perdre haleine jusqu’aux bords sablonneux du paisible fleuve Ladon. Les eaux arrêtèrent soudain son élan. Déjà Pan la croyait livrée à sa merci... Elle pria alors ses sœurs du fleuve de la métamorphoser. Le dieu se précipita et, désappointé, n’enlaça que les roseaux du marais. Il soupira de douleur et l’air qu’il expira, traversant les longues tiges, produit une sourde plainte. Séduit par cette mélodie nouvelle qui sied si bien à son humeur devenue morose, il se radoucit et murmura à l’adresse de la nymphe : « Pour moi, ces plantes resteront le moyen de te parler toujours ». Il coupa alors des roseaux d’inégale longueur. Avec de la cire, il les colla les uns aux autres. Ainsi naquit entre ses mains la flûte de Pan. La flûte que l’on appelle aussi du beau nom de celle pour qui Pan jouera toujours des airs désespérés. Syrinx.

douce nuit à toutes

mimi